Criblage de biomolécules

Comment découvrir des molécules d’intérêt thérapeutique ?

Depuis les années 2000, certains laboratoires académiques se sont engagés dans un secteur traditionnellement réservé à l’industrie pharmaceutique, lié à la mise en place de technologies robotiques permettant la réalisation de tests automatisés cellulaires de biomolécules sur des modèles physiopathologiques. Notre équipe de recherche est entrée dans cette voie stratégique en développant depuis 2002 des outils de criblage (ou de tri) sur la protéine CFTR.

En collectant des outils, des molécules, des modèles cellulaires et/ou animaux nous recherchons des molécules ciblant directement la protéine mutée responsable de la mucoviscidose. Plusieurs axes sont suivis comme la recherche de molécules actives sur l’adressage de la protéine F508del, la recherche de modulateurs pharmacologiques de la fonction de transport de CFTR ou de modulateurs des transports ioniques épithéliaux.

Ensuite, dans ce type de recherche il est important de collaborer avec des chimistes. Ainsi, nous travaillons à l’interface entre biologie et chimie de synthèse organique pour créer des synergies entre ces deux secteurs et avoir accès à de nouvelles voies de signalisation, à de nouveaux mécanismes d’action et à des collections de molécules via des bibliothèques de molécules (encore appelées chimiothèques) d’origine commerciale ou constituées par des laboratoires académiques de chimie organique. Dans notre recherche contre la mucoviscidose, les molécules sont testées à l’aide de protocoles mis au point dans notre laboratoire et permettant l’identification de correcteurs et d’activateurs des différentes classes de mutations de la protéine CFTR. Les premières molécules issues de cette recherche émergent progressivement de notre pipeline, dont l’une, le Miglustat fait l’objet d’une évaluation clinique en cours chez des patients atteints de mucoviscidose dans sa forme F508del.

Mots-clés: , , ,

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour laissez un commentaire.