Nom de code, VX770…sa cible, la mutation G551D

Une étude présentant les résultats d’un essai clinique portant sur 39 patients adultes (>18 ans) porteurs d’au moins une mutation G551D et recevant le composé VX770 vient d’être publiée dans la revue New England Journal of Medecine le 18 novembre 2010.

Sous l’impulsion stratégique et financière de la Fondation Américaine contre la Mucoviscidose (CFF), la compagnie pharmaceutique californienne Vertex Pharmaceuticals développe depuis plusieurs années des molécules contre la mucoviscidose. Les premiers résultats publiés dans cette étude présentent le potentiel thérapeutique du VX770 administré par voie orale. Dans la première partie de l’étude, les patients G551D ont reçu toutes les 12 heures le VX770 à des doses de 25, 75 ou 150 mg ou un placebo pendant 14 jours. Dans la seconde partie, les patients ont reçu des doses de 150 ou 250 mg ou le placebo pendant 28 jours. Pour chaque patient traité, il a été mesuré la sécrétion salivaire et la différence de potentiel nasal comme marqueurs des transports ioniques, et de CFTR en particulier,  des cellules épithéliales d’une part et des paramètres ventilatoires pulmonaires mesurés par spirométrie d’autre part. Enfin les effets secondaires potentiels ont été listés et un questionnaire de qualité de vie a été rempli par chaque patient.

Les résultats montrent plusieurs éléments encourageants comme une diminution sensible de la concentration des ions chlorure dans la salive, une évolution de la différence de potentiel dans le sens d’une restauration partiel de la sécrétion par un CFTR fonctionnel et enfin, mais c’est plus surprenant, une amélioration faible mais sensible des fonctions pulmonaires dans les deux groupes de patients. Les effets secondaires sont peu nombreux (fièvres, toux, nausées, douleurs…). Quelques effets secondaires plus sévères sont rapportés comme une augmentation du glucose sanguin ou urinaire chez certains patients de la première partie de l’étude. Le questionnaire de qualité de vie soumis aux patients ne révèlera pas en revanche d’amélioration significative dans cette étude.

La population des patients avec cette mutation G551D est réduite avec seulement 4 à 5% des malades. Ainsi et même si les améliorations rapportées ici ne sont pas de grandes ampleurs, je pense que l’enseignement majeur de cette étude est la preuve de concept apportée en clinique qu’une approche pharmacologique peut permettre une amélioration, certes modeste dans cette étude, des symptômes de la maladie pour des patients ayant un type bien particulier de mutation. D’autres études vont sans doute débuter dans les années à venir avec le VX770 sur un nombre plus important de malades. On le voit et c’est très encourageant, les efforts de recherche en pharmacologie commencent donc à porter leurs fruits ouvrant la voie vers la mise au point de thérapeutiques originales et ciblées.

Mots-clés:

2 Réponses à "Nom de code, VX770…sa cible, la mutation G551D"

  • zuma26
    a écrit:
    • FBecq
      a écrit:
Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour laissez un commentaire.