VX809, un effet positif seulement sur la sécrétion sudoripare

Les premiers résultats de l’étude clinique de phase 2a pour le composé VX809 viennent d’être publiés dans la revue Thorax (Clancy et al 2011). Cette étude a été coordonnée par les docteurs JP Clancy et MW Konstan des hôpitaux de Cincinnati et de Cleveland de l’état d’Ohio aux USA et associe une vingtaine de services de pédiatrie d’hôpitaux nord américains (USA et Canada) et européens (Belgique et Pays Bas). Le composé VX809, développé par la firme pharmaceutique Vertex Pharmaceuticals Incorporated en partenariat avec la fondation américaine contre la mucoviscidose (CFF), est un correcteur pour la mutation F508del. Pour rappel, un correcteur est une molécule phamacologique capable de corriger in vitro le défaut d’adressage de la protéine mutée F508del.

L’étude publiée aujourd’hui avait pour objectif de confirmer ces observations au cours d’une étude clinique incluant des patients homozygotes F508del. Au total, 89 patients adultes ont été inclus dans cette étude sur 109 sélectionnés au départ. Les 89 patients ont été répartis en 5 groupes. Un groupe placebo (17), 4 groupes traités avec 25 mg de VX809 (18), 50 mg (18), 100 mg (17) et 200 mg (19). Pour chaque groupe de patients, on a mesuré des paramètres pharmacologiques de bases (pharmacocinétiques et pharmacodynamiques) et de tolérance du produit (mesure des effets secondaires indésirables). Puis des mesures d’activité de la protéine F508del-CFTR ont été réalisées après 7, 14, 21 puis 28 jours d’un traitement quotidien en une prise du candidat médicament par voie orale. Les valeurs moyennes de base sont : 103,5 mmol/L pour la concentration de chlorure dans la sueur ; 71% pour le VEMS.

Pour évaluer l’effet du VX809 sur la fonction de la protéine chez les patients, les auteurs ont mesurés la sécrétion sudoripare (quantité de chlorure dans la sueur), le VEMS (une mesure de la fonction pulmonaire), la différence de potentiel nasal (une mesure du transport ionique des cellules épithéliales nasales). L’analyse de l’ensemble des résultats pour chaque patient montre uniquement une légère mais significative amélioration de la sécrétion sudoripare pour des concentrations du VX809 de 100 et 200 mg (-6,13 et -8,21 par rapport à la valeur de base). Cette amélioration est réversible puisqu’après 7 jours sans prendre le VX809, ces valeurs redeviennent comparables à celles mesurées avant le début de l’essai clinique. En revanche, aucune amélioration n’a été mesurée pour les autres paramètres, en particulier ceux concernant la fonction pulmonaire.

Ainsi, même si le composé est globalement bien toléré par les patients adultes, ces résultats ne semblent donc pas confirmer les effets in vitro qui avaient été mesurés au cours d’études précédentes. Il faudra sans doute augmenter la dose du composé, la durée du traitement, comprendre pourquoi une amélioration est cependant observée au niveau de la sueur. Il est cependant possible que l’absence d’effet du VX809 au niveau pulmonaire ne soit pas du à une absence d’effet sur la protéine F508del mais soit simplement liée au fait que la molécule ne pénètre pas suffisamment dans le poumon. Cette première étude clinique ouvre donc des perspectives
importantes.

1 Réponse à "VX809, un effet positif seulement sur la sécrétion sudoripare"

  • amdgdc
    a écrit:
Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour laissez un commentaire.